Fiche ouvrage
 
Code : 20665
Titre : Examen du Livre de Lamperiere, sur le sujet de la Peste. Avec un ... Discours de la preservation et cure de la maladie, suivy d'un advertissement adresse a Lamperiere, etc.
Auteur : [LA PESTE A ROUEN ] JOUYSE (David).
Edition : Rouen, Geuffroy, 1622.
Année : 1622
Format : Petit in-8 de 8 feuillets, 327 pages (privilège in fine). Bel état intérieur. Même collation donnée par Frère et identique à celui de la BNF. Ex-librisJ. B. St Colas Canon et du Dr Maurice Villaret.
Reliure : Vélin souple d'époque, titre manuscrit au dos. Bon état.
Prix : 850 €uros
Observations : Rare édition originale. Ouvrage curieux et rare, intéressant l'histoire de la médecine à Rouen. Il a été écrit lors d'une polémique entre l'auteur et le médecin Lamperiere dans un style d'une violence et d'une verdeur remarquable. Jean de Lampérière, sieur de Montigny, médecin ordinaire de Monsieur le prince de Condé, né à Rouen est mort en 1651. Il était qualifié en 1625 de premier médecin de la reine régnante. Et en famille avec les deux frères Corneille, ceux-ci ayant épousé les deux filles de son frère Mathieu, médecin à Vernon. A la suite de la peste qui sévit à Rouen en 1622 il écrivit : Traité de la peste, de ses causes et de sa cure et les controverses à ce sujet (1620 chez David du Petit Val.) Cette publication fit naître de vifs débats entre Lampérière et le docteur Jouyse. Ce fut alors que parut une critique violente de Jouyse Examen du livre de Lampérière sur le sujet de la peste.. Suivi d'un avertissement à Lampérière, ouvrage autant enrichi de la sagesse des cabalistes et philosophes hermétiques, que de la doctrine reçue au lycée, auquel Lamprérière est invité à répondre, ou obligé d'avouer que son livre est suffisamment convaincu d'erreurs.. Lampérière répondit à cette attaque dans l'ouvrage L'Ombre de Necrophore. Non contents de s'être déshonorés tous deux par leurs haineuses querelles, à l'occasion de la peste, ils portaient chacun un poignard pour s'entr'égorger à la première rencontre !! L'origine vraie de leur querelle était une question d'amour-propre, une plainte de de Lampérière contre Jouyse, qui, suivant sa grotesque expression, lui charlatanait ses malades.
Sources : Frère I, 123 et 146.
Catégories : MEDECINE - PHARMACIE - VETERINAIRE;ROUEN;
   


© Copyright 2007 - Jacques Tanguy