Fiche ouvrage
 
Code : 18609
Titre : Cours d'Hippiatrique Ou traité complet de la médecine des chevaux, orné de soixante & cinq planches gravées avec soin.
Auteur : LAFOSSE (Philippe-Etienne).
Edition : Paris, Chez Edme, 1772.
Année : 1772
Format : Un volume grand in-folio (marg. 335 x 492 mm) de (2)ff. (titre orné d'une vignette gravée par B.L. Prévost, feuillet de dédicace à Charles de Lorraine orné d'une vignette à ses armes gravées par Hubert), XI pp., XVII pp. d'explication des planches, 402 pp. et VI pp. de table. L'ornementation se compose de 65 planches dont le frontispice gravé par Prévost d'après Sellier représentant une leçon d'anatomie, le portrait de Lafosse par Harguiniez gravé par Michel, sept belles vignettes et 54 planches gravées hors-texte ou dépliantes renfermant une très grande quantité de figures : extérieur, anatomie, ferrure, instruments et mobilier de la forge, maladies, tares, etc... Bel état de fraicheur, exemplaire sur papier fort (petit manque en marge d'une planche).
Reliure : Plein veau raciné de l'époque, dos à 7 nerfs orné de caissons dorés, pièces de titre et de tomaison en maroquin vert, guirlande dorée d'encadrement sur les plats, chiffre couronné sommé d'une couronne ducale doré au centre du plat supérieur, armes dorées
Prix : 9000 €uros
Observations : Edition originale. Ce superbe livre est un véritable monument élevé à l'Hippologie. Papier, impression, dessin, gravure, sont également soignés. Il coûta, dit-on, plus de 70.000 livres à l'auteur. (...) il n'est pas facile de le rencontrer en bon état ni avec les pl. au complet. Quand il en manque, ce sont souvent celles qui concernent les fers et les outils de la forge : les maréchaux d'alors les arrachaient parfois pour les clouer sur les murs de leur atelier ! (Mennessier de La Lance, II, 20.) Philippe Etienne Lafosse, 1738-1820, est le fils d’Etienne Guillaume Lafosse, un des premiers docteur en médecine équine qui a contribué à faire reconnaître la médecine vétérinaire comme une science à part entière. Son père, après lui avoir fait faire ses humanités au collège d'Harcourt, exigea qu'il fit le métier de palefrenier, puis pendant deux ans celui de maréchal. Il fut chargé par la suite d'apprendre l'anatomie du cheval et entre-temps, il s'appliquait à la dissection des chevaux. En 1772, il publie ce Cours d’Hippiatrique, livre dans lequel il note les erreurs commises par Bourgelat dans les Eléments d’ Hippiatrique et les Eléments de l’Art vétérinaire. En 1779, à la mort de Bourgelat, il publie une Nouvelle théorie pratique d’équitation, livre dans lequel il critique les écoles vétérinaires d’Alfort et de Lyon. Il avait fourni, en 1764, à M. Choiseul, alors Ministre de la guerre, les plans d'une Ecole de maréchalerie qui devait être établie à Paris, mais Bertin devint ministre et on établit l'Ecole d'Alfort, en donnant à Bourgelat, ami de Bertin, l'Inspection générale des Ecoles vétérinaires, desquelles Lafosse fut systématiquement écarté par suite de l'animosité entre Bourgelat et les deux Lafosse. D'où la haine de Lafosse contre Bourgelat et contre l'Ecole d'Alfort. Complet des 2 grands tableaux repliés et gravés (petite mouillure marginale, dos renforcés) et des 65 magnifiques planches gravées d'après Harguinier par Fessard, Prévost, Juillet, Lingée. Très bel exemplaire relié aux armes et chiffre de Frédéric-Auguste Ier de Saxe. Electeur de Saxe de 1763 à 1806 sous le nom de Frédéric-Auguste III dit Le Juste, est sous le nom de Frédéric-Auguste Ier roi de Saxe de 1806 à 1827 et duc de Varsovie de 1807 à 1815. Petit-fils du roi de Pologne Auguste III (Grand-Père de Louix XVI) et Père de Maria Augusta de Saxe (1782-1863), dite l'Infante de Pologne. Il joua un rôle très important dans l'histoire de la formation des principautés allemandes. La Saxe, déjà alliée de la France sous Louis XV pendant la guerre de Sept Ans (1756-1763), fit de nouveau le choix de la France sous Napoléon. Après avoir soutenu la Prusse, Frédéric-Auguste III s’engagea par le traité de Posen le 11 décembre 1806 du côté de l’Empereur qui, en remerciement de son ralliement, le fit roi de Saxe. Rarissime exemplaire de provenance Royale.
Sources : Mennessier de la Lance.
Catégories : HIPPOLOGIE - EQUITATION - CHASSE - PÊCHE;
   







© Copyright 2007 - Jacques Tanguy